FCPE Gières


FCPE Nationale : Scolarisation des enfants de moins de trois ans

 Communiqué de presse, 15 janvier 2013

Scolarisation des moins de trois ans :

la FCPE salue la publication d’une circulaire au BO

 

La FCPE salue la volonté du ministère de l’Education nationale de relancer la scolarisation des enfants de moins de trois ans. Ces dernières années, trop de déclarations et d’actes allaient dans le sens d’une remise en cause inacceptable de la scolarisation en maternelle de 2 ans à 6 ans. Elle se félicite donc qu’il ne soit plus seulement question d’accueil pour cette tranche d’âge mais qu’il s’agisse bien de « la première étape de la scolarité. »

La FCPE rappelle que la scolarisation des enfants de 2 ans dont les parents le souhaitent est une revendication forte des parents d’élèves de la FCPE qui en ont fait une de leurs douze exigences.

Elle se félicite de lire que les besoins spécifiques des enfants de cet âge doivent être pris en compte et respectés autant sur l’organisation de l’espace et des activités que des horaires.

En demandant que les enfants de moins de trois ans soient comptabilisés dans les prévisions d’effectifs de rentrée, les tout-petits ne pourront plus être une simple variable d’ajustement dans les écoles.

En proposant que des formations concernent l’ensemble des membres de l’équipe d’école pour maîtriser les connaissances et compétences spécifiques à la scolarisation des moins de trois ans, le ministère montre sa volonté de mettre en place une scolarisation de qualité.

Ce souci doit aussi prévaloir pour la scolarisation en maternelle des plus grands, notamment pour éviter que la pédagogie ne soit trop tirée vers les pratiques de l’école élémentaire. L’Ecole doit enfin s’adapter aux enfants !


Collège Le Chamandier : site internet

Le collège vient de créer un site internet qui vous permettra de trouver de nombreuses informations.

http://www.ac-grenoble.fr/college/gieres.chamandier/


Pour nous contacter

Plusieurs possibilités s’offrent à vous :

* Adresse : FCPE Gières – Mairie de Gières – 15 rue Victor Hugo – 38610 Gières

* Mail : fcpe-gieres@laposte.net

* en laissant un commentaire,

* via ce formulaire

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 


Pétition pour l’ouverture de 2 classes : Résultats

Parents,

Nous avons été nombreux à signer et faire signer la pétition en faveur de l’ouverture de classes sur les écoles de Gières.

Nous vous informons que nous avons reçu une réponse défavorable de l’Académie de Grenoble qui n’a pas prévu d’ouverture de classes sur la commune pour cette rentrée 2012/2013.

Nous ne manquerons pas d’être présents et vigilants en amont de la rentrée prochaine pour mener les actions nécessaires en vue d’une ouverture de classe dans le cas où nous ferions face à des effectifs si importants.

 


Adhésion à la FCPE pour 2012-2013

Les personnes souhaitant adhérer à l’association peuvent télécharger le bulletin joint et l’envoyer à :

FCPE GIERES – Mairie de gieres – 15 rue Victor Hugo – 38610 GIERES

http://www.fcpe.asso.fr/images/stories/fcpe/uploads/38-fcpe-bulletin-adhesion-2012-2013.pdf


La FCPE s’oppose au démantèlement du collège unique

  • Dernière mise à jour Lundi, 02 Avril 2012
  • Catégorisé dans : Actualités

La FCPE est particulièrement choquée par le contenu de la circulaire de rentrée qui vient d’être publiée par le ministère de l’Education nationale. Ce texte constitue un véritable projet de politique éducative, sans avoir jamais fait l’objet d’aucune concertation. Démantèlement du collège unique, limitation des poursuites d’études pour les bacheliers professionnels, restriction du rôle des parents d’élèves à celui de caisse de résonnance des mesures disciplinaires et d’initiateurs en langue vivante en maternelle … Inacceptable !

En ce qui concerne le collège unique, tous les outils sont mis en place pour signer sa fin, et surtout la fin du principe qui le sous-tend : offrir à tous les élèves une scolarité commune et des apprentissages communs jusqu’à la troisième. Cette circulaire entérine le développement de l’apprentissage dès la 4ème, institue l’option de découverte professionnelle 6 heures en 3ème, effectuée en lycée professionnel, comme « classe préparatoire à l’enseignement professionnel » et insiste sur l’importance de l’évaluation nationale de fin de 5ème nouvellement créée. Nul doute que cette évaluation sera utilisée à des fins de tri et de sélection des élèves et non de repérage des difficultés pour y remédier !

L’orientation précoce est donc réinstaurée avec force, au risque bien connu d’accroître encore l’orientation par défaut des élèves vers l’enseignement professionnel. Non content de cela, le ministère de l’Education nationale met également un coup de canif dans la loi Savary de 1984 en limitant l’accès des bacheliers professionnels à l’enseignement supérieur, considérant que « l’accès aux IUT et aux cursus LMD doit être exceptionnel ».

La FCPE appelle le gouvernement à la raison : de telles décisions sont inacceptables pour tous ceux qui défendent l’égalité républicaine à l’Ecole et sont contre-productives pour répondre aux enjeux auxquels doit répondre notre pays aujourd’hui.


Devoirs à la maison : position de la FCPE

Nous dénonçons depuis longtemps la persistance des devoirs à la maison, dont personne n’a jamais prouvé l’utilité et qui ne font qu’accentuer les inégalités entre les enfants selon qu’ils peuvent ou non bénéficier d’aide à la maison. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ils sont proscrits en primaire par une circulaire de 1956. De deux choses l’une : soit les élèves ont compris la leçon et réussi les exercices en classe, et on leur fait perdre leur temps, en les empêchant de lire par exemple. Soit ce n’est pas le cas et ce n’est pas à la maison, hors de la présence de l’enseignant, qu’ils pourront y arriver mieux !

Nous rejetons cette forme de « sous-traitance pédagogique » aux familles, qui, en outre, est cause de conflits quasi quotidiens entre parents et enfants. Le rôle des parents dans la coéducation n’est pas de chercher à reproduire (mal) ce que font les enseignants.

La sempiternelle réponse que l’on nous fait, c’est que ce sont les parents qui réclament des devoirs. Mais nous faisons le pari qu’ils n’en demandent que parce que c’est souvent le seul lien qu’on leur propose avec ce qui se passe en classe. Si on leur propose d’autres modalités de communication avec les enseignants, d’autres façons d’accompagner la scolarité de leurs enfants, ils les adopteront bien vite !

Il faut que les enfants montrent à la maison ce qu’ils ont fait en classe, pas qu’ils montrent en classe ce qu’ils ont fait à la maison.

C’est pourquoi nous commençons la transformation pédagogiques de l’Ecole en lançant lundi prochain avec l’ICEM-Pédagogie Freinet une campagne contre les devoirs à la maison, dont le point d’orgue sera une « quinzaine sans devoirs » qui débutera le 26 mars (et pourra en fait durer plus de 15 jours, jusqu’aux vacances de chaque zone). Un communiqué de presse commun sera publié lundi matin. Notre journée thématique « devoirs ou travail personnel ? » du 31 mars s’inscrira aussi dans cette campagne.

 

Pendant la quinzaine sans devoirs, et pour la préparer, nous invitons parents d’élèves et enseignants à se rencontrer, à réfléchir et à imaginer d’autres relations familles/Ecole et d’autres moyens de communication que les devoirs et les notes, comme le font déjà bien des enseignants.

Pour accompagner cette campagne, nous mettrons en ligne ce week-end un blog: http://cesoirpasdedevoirs.blogspot.com/. Venez y poster vos témoignages et ceux de vos enfants sur ce que nous appelons la sous-traitance pédagogique aux familles. Venez y raconter les soirées et week-ends sans devoirs à la maison, le résultat des alternatives testées avec les enseignants… Venez dire si les enfants sont plus bêtes ou plus anxieux sans devoirs à la maison! Vous pouvez aussi créer dans vos messages des liens vers des vidéos présentant des expériences en ce domaine et mises en ligne sur un autre site.

Su notre blog, un lien renvoie vers le site de l’ICEM, qui présente des initiatives d’enseignants alternatives aux devoirs dans sa rubrique sur « le travail à la maison » (http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/24882).

Et bien sûr, comme pour l’interpellation des candidats à l’élection présidentielle, pensez à relayer la campagne sur les réseaux sociaux et sur vos sites Internet. Sur twitter, utilisez le hashtag « #pasdedevoirs » et suivez le compte @pasdedevoirs.

 

Bien cordialement,

Jean-Jacques HAZAN,

Président


Bien manger à la cantine – La place du Bio

Vous vous intéressez certainement au contenu des assiettes, c’est-à-dire aux ingrédients, à la provenance des produits, aux modes de production, aux étapes de transformation…
La mairie doit renouveler le marché public des approvisionnements bientôt. Le cahier des charges va être revu, et un appel d’offres devait être lancé en mars 2012.

Saisissons cette opportunité, et exigeons une alimentation plus saine, plus locale, plus équilibrée et pourquoi pas BIO…
La FCPE représentée par les parents élus, souhaite un réel changement pour les enfants fréquentant la cantine scolaire. Si pour vous aussi, le contenu des assiettes servies dans nos cantines doit changer, nous vous invitons à nous faire part de votre demande en apposant votre signature sur le présent document et en nous le retournant :
par courrier : FCPE – Mairie de Gières – rue Victor Hugo 38610 Gières)
ou par voie électronique sur notre blog : http://fcpegieres.unblog.fr/
ou par mail : fcpe-gieres@laposte.net.

Le bio, c’est officiel :
Lors du Grenelle de l’Environnement, Nicolas Sarkozy annonçait : « Il faut une agriculture durable qui ne passe pas par l’épuisement des sols ou l’utilisation croissante de produits chimiques dangereux ».
Une circulaire du 2 mai 2008 invite l’Etat et les collectivités à se montrer exemplaires quant à l’utilisation de produits bio en restauration collective : l’objectif est d’atteindre 15% de denrées bio d’ici 2010 et 20% d’ici 2012. La part de produits saisonniers ou de faible Impact environnemental doit croître de même.

Pourquoi manger bio ?
Selon le 1er Plan National Nutrition Santé : « Il est aujourd’hui parfaitement établi que l’alimentation participe de façon essentielle au développement et à l’expression clinique des maladies qui sont aujourd’hui les plus répandues en France: maladies cardiovasculaires, obésité, ostéoporose, diabète, cholestérolémie. Ces pathologies ont un coût économique considérable [pour notre système de santé]« . Les aliments bio sont plus riches en goût et en nutriments que les produits poussés sous serre ou qui ont voyagé. Ils rappellent souvent l’authenticité d’un terroir. Les pesticides ont des effets très dangereux sur la santé humaine : cancers, stérilité, troubles neurologiques…. Selon certains cancérologues, 80% des cancers viendraient directement des produits chimiques déversés dans notre environnement. Par ailleurs, l’agriculture biologique respecte l’environnement, ne participe pas à la pollution des cours d’eau et des nappes phréatiques que nous buvons ensuite. En 2007, la France a été condamnée par l’Europe à payer 28 millions € d’amende pour la pollution des eaux en Bretagne, engendrée par l’agriculture intensive.

Pourquoi s’approvisionner localement ?
Il est souvent moins cher de s’approvisionner à proximité que de faire venir des denrées de l’autre bout du monde à contre saison. Faire travailler les producteurs locaux dynamise le tissu économique local, cela crée de l’emploi. La poussée des cantines bio doit permettre à la filière bio de se développer en région, de se structurer, sinon l’accroissement de la demande n’entraînera qu’une hausse des importations. Les élus ont un rôle essentiel à jouer dans ce domaine. La proximité permet aussi de garder toute confiance dans les producteurs et les processus de certifications. Les produits bio élaborés en France sont soumis à des règles bien plus strictes qu’ailleurs en Europe. Manger local et de saison respecte l’environnement, en réduisant la pollution due au transport, et en limitant l’énergie utilisée pour les serres et les chambres froides.

Le coût :
En moyenne le prix de revient du repas se décompose comme suit : 32% pour l’achat des denrées alimentaires, 50% pour les frais de personnels et 18% pour les frais divers. Le surcout porterait uniquement sur le prix des denrées alimentaires.. 
La question du surcoût du bio dépend de la façon dont on  présente les choses.

Nom            Date     Signature              

e-mail (si vous souhaitez être associé(e) à notre réflexion :   


Diagramme FCPE-Collège Le Chamandier

Diagramme FCPE-Collège Le Chamandier dans Collège Le Chamandier diagrammecollegeblog


Découpe du Beaufort

Lundi 1er Mars 2010, grande première pour l’association, nous nous lançons dans la fromagerie.

Soirée sympathique de découpe du Beaufort.

Découpe du Beaufort
Album : Découpe du Beaufort

6 images
Voir l'album

1234

l'AMSF région de l... |
Scouts castors de Bingerville |
Association Ecole primaire ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cgtcarrefoursevran
| 158sel
| cercleamitieouzouertrezee